vendredi 21 septembre 2018

Article de presse

Jean-Yves Bocher est un artiste rare. Son œuvre est singulière, sensible, gestuelle, souvent cosmique. Affranchi de tout académisme convenu, Jean-Yves aime à jouer les complices de la matière, du hasard et des ressorts de l’Univers. « Ma peinture se nourrit de tout ce qui n’est pas la peinture ! En réalité tout n’est qu’occupation de l’espace, là où ne se dissocient jamais ombres et lumières ». Des pigments, des liants, un support, la peinture n’est qu’un chemin de recherche et de découverte permanente. « J’aime travailler sur l’humidité du support ; c’est une aventure non maîtrisée, imprévue, parfois inquiétante, souvent révélatrice ». Se référant au Traité des couleurs de Goethe, Jean-Yves est un adepte de l’expérience sensorielle spontanée. « Si pour beaucoup d’artistes, la couleur permet de divulguer le monde extérieur, pour moi, elle est davantage symptomatique d’une démarche intérieure ».
Jean-Yves expose aux côtés du sculpteur Ronan Suignard. Artiste de la pierre et du vent, du granite et de l’eau ; imaginer un monde enfin vivable, est son credo, sa recherche permanente. Non satisfait de celui qui l’entoure, il crée le sien, une expérience de plusieurs décennies. « La pierre est la métaphore de la mémoire. Ce qu’on y inscrit perdure » affirme ce démiurge, au sens de l’humour très aiguisé. Ses créations, il les offre à qui cherche à comprendre, À l’imaginaire, de travailler pour entrer dans ce monde irréel et bourré d’invraisemblances charmeuses.

Du 29 septembre au 21 octobre. Ouvert les samedis et dimanches de 15 h à 19 h et sur rendez-vous au 02 54 55 93 ou au 06 16 38 35 95. Lieu-dit Ty Raden Kerdréanton Plogastel Saint Germain.
Yves Ducret Ouest France

jeudi 20 septembre 2018

Peintures Jean-Yves BOCHER, sculptures Ronan SUIGNARD




Ronan Suignard :

Travail sur granits en taille directe
"Sur la roche cristalline à partir de ce que la matière autorise pour aller jusqu'au bord de ce qu'elle n'autorise pas.
Il s'agit d'une archéologie imaginaire qui fait basculer le temps ... un regard sur le temps".



Jean-Yves BOCHER

....Il raconte ses voyages à la lenteur de couleurs posées en apesanteur et
pourtant son récit n’a rien de romantique : ses plongées de lumière se tiennent
à l’écart de paysages nourris d’archaïsme et de facilités. Une énergie à peine
effleurée décline la profondeur, de l’ensemble au moindre détail. Certains
fragments soulèvent le voile d’une matière forte, presque émaillée....
Hélène Poisot

lundi 23 juillet 2018

Christophe Violette : peintures sculptures

Les articles




« Je peins pour exprimer ce que je ne peux pas dire » déclare Christophe Violette alias Araucia le mystérieux pseudonyme dont il signe ses toiles. Et pourtant, les mots Christophe Violette, il connaît puisqu'il est journaliste professionnel. Outre son métier, des passions, l'artiste en a plusieurs, il est diplômé d'une école de photographie et aurait pu en faire son métier, il est également sculpteur mais c'est avec la peinture qu'il s'exprime pleinement. Christophe Violette expose désormais régulièrement depuis une dizaine d'années. « L'abstraction me fascine mais c'est un exercice très difficile, c'est éprouvant, on ne sait pas toujours où on va, on est dans le doute ». La puissance qui se dégage de ses toiles, il l'obtient grâce à des superposition de couches ou de matériaux divers, il ressent un besoin physique de triturer, manipuler, d'être en contact physique avec la matière, les pigments ou le métal qu'il utilise dans ses sculptures, souvent très épurées mais très suggestives et parfois humoristiques. Et puis il aime également avant tout la couleur et n'hésite pas à utiliser les couleurs primaires à l'état brut ou un bleu très froid qui donnent à ses toiles toutes leurs forces lorsqu'elles sont mises en lumière par un contact direct avec des teintes sombres. Dans sa quête de l'abstrait, il va à l'essentiel avec parfois de belles surprises comme ces « petits détails qui font signe, signal ou symbole » et soudain l'on voit apparaître un personnage, un visage, c'est la magie de la peinture qu' il ne faut peut-être pas attribuer seulement au hasard mais tout simplement au talent de l'artiste ?
M-H Quideau Le Télégramme



« Peindre ce que l'on ne peut écrire ». Telle pourrait être la devise du peintre et sculpteur Christophe Violette, invité pour un mois de la galerie Arts Raden. Et pourtant, l'écriture ne fait certainement pas peur à ce journaliste de métier. « Mais peindre est un besoin, dans cet acte, je cherche une émotion. Souvent c'est le sujet qui me parle, telle une icône, et déclenche peu à peu une sorte de jubilation. » Ce peut être une ville ; Venise et ses lumières, un simple reflet dans une vitrine, capté à Reims, ou une explosion de lumières perçues au Guilvinec.
Chacune de ses toiles est une aventure. Qui interroge ou qui initie ? Au visiteur d'en décider dans cet univers qui se faufile entre abstraction et figuration. Bandes de papier et tissus marouflés, vibrations de touches inlassablement posées, griffures, coulures et taches, il y a dans chaque création comme un refus de se répéter. « Chaque toile est le fruit d'une forme de méditation laïque, une élévation jusqu'à l'essentiel, un culte voué à l'instant. C'est la toile, elle-même, qui me dit d'arrêter ». Et Christophe cultive cette complicité avec le geste. « Souvent ce sont des accidents de parcours qui déterminent l'essentiel. Ici apparaît un visage sur un papier collé, ici un effet marbré dévoile une forme sujette à rêverie. Je sais à ce moment que je ne dois plus toucher à rien ».
Yves Ducret Ouest France 2/08/2018


Aperçu de l'exposition






.....Parfois il nous défie, il sème des énigmes comme des rébus, ce canis lupus, ce rivage des Syrtes et parfois il nous comble (il me comble) comme cette toile « Équilibre » que je préfère, ces quelques traits blancs ou gris sur fond noir, un peu tremblants, comme négligés, un trait plus épais, vertical, l'équilibre, en effet, comme la grâce d'un instant qu'un souffle peut détruire comme la vie, comme le bonheur. C'est bien ainsi.

C'est peut-être cela l'explication, qui n'en est pas une, « c'est bien ainsi ». C'est cela notre monde avec ses énigmes (canis lupus), ses beautés (Venise), ses saletés (Le Guilvinec). Et c'est bien ainsi, sans « pourquoi », quelques toiles jetées là, comme les cailloux du Petit poucet sur le chemin, dans la forêt sauvage.
René LE CORRE.


dimanche 1 juillet 2018

Aperçu de l'exposition



Ouest-France Yves Ducret le 4/07/2018
La galerie Arts Raden présente des oeuvres du sculpteur Olivier Lévêque et de la peintre Catherine Guiraud.
Lui taille la pierre depuis plus de 30 ans, et l'habille de matières imprévisibles, toile cirée, résine, métal.Olivier, adoucit, enjolive, évide des blocs bruts de marbre, de granite ou de grès, parfois de simples parpaings. Un dialogue s'installe alors entre rugosité de la roche et volupté des ajouts, excroissances ou incrustations ne font que souligner avec délicatesse les trésors du minéral.
Sur les grandes compositions de Catherine Guiraud flottent les ombres d'Antoni Tapiès, de Soulages ou de Chillida. « J'ai besoin de formes architecturées, indique-t-elle, j'évite plus que tout le bavardage. Mon adage, offrir le maximum avec le minimum ».
Catherine Guiraud est adepte d'une forme d'attentisme confiant. « Je travaille entourée de papiers de toutes dimensions. Ils sont là, presque inutiles puis, d'un léger courant d'air, leur forme soudain me parle. Mes collages vont les figer, les encres, parfois très aquarellées feront le reste. Souvent, je questionne mon travail, je le reprends, je teste d'autres approches. Un moment, la composition me parle. Je sais qu'elle est terminée. »     Jusqu'au 22 juillet, ouvert les samedis et dimanches et jours fériés de 15 h à 19 h, et sur rendez-vous au 02 98 54 55 93 et 06 16 38 35 95. Ty Raden Kerdréanton à Plogastel-Saint-Germain.

Le Télégramme Marie-Hélène Quideau


Sculpteur,Olivier Lévêque est un autodidacte de Pléneuf-Val-André (Côte d'Armor). De par ses origines, il a été toute son enfance en contact direct avec la nature, les pierres et les galets en particulier. Peu à peu a germé en lui ce désir de mettre en avant la poésie que ces pierres pouvaient resceller. Parfois brutes ou polies, parfois incrustées de matériaux composites ou de métaux, de ses compositions se dégagent une harmonie de formes et de couleurs, un équilibre entre le bloc de pierre de la base et des éléments rajoutés souvent en forme de pointes de couleur qui donnent à l'ensemble un mouvement, un impression d'élévation vers un ailleurs. Olivier a beaucoup été influencé par les arts premiers et l'art précolombien maya et leur utilisation de la pierre et de la couleur. Un autre aspect très intéressant de ses réalisations originales, est l'utilisation de parpaings en aggloméré « l'agglo se cache normalement, on le recouvre, j'ai voulu montré l'humanité qui transpire de ces parpaings et la toile cirée représente cette humanité » La toile cirée y est incrustée dans des formes douces, aux courbes gracieuses, en structurant par le motif rayé de la toile, les verticales et les perpendiculaires des parpaings. Olivier Lévêque parvient a créer une belle harmonie entre des matériaux antagonistes

Le  rayon de soleil dans sa voix, trahit les origines toulousaines de Catherine Guiraud. Diplômée de l'Ecole de Beaux Arts, elle a consacré sa vie entière au dessin et à la peinture « Je dessinais six heures par jour, je ne sais faire que ça » confie-t-elle. Ayant très longtemps réalisé des œuvres figuratives à l'huile, elle a éprouvé le besoin, il y a quelques années, d'épurer son travail. Ses œuvres actuelles que l'on peut qualifier d'abstraites, mettent l'accent sur la lumière tout en utilisant très peu de teintes. De ces peintures, acryliques pour la plupart, extrêmement diluées parfois rehaussées de fusain ou de pastel, se dégage une transparence, une légèreté, obtenue par superpositions, rajouts, jeux d'ombres et de lumières « Je ne sais pas au départ ce qui va se produire, après la première touche, je me laisse guider, c'est à chaque fois une nouvelle aventure ...». Certains artistes, à l'ancienne, aiment planter leur chevalet dans la nature, Catherine, elle, a besoin de se sentir en confiance dans son environnement familier, dans son univers. « Je peins à l'intérieur, mais, parallèlement, je dessine à l'extérieur. Ce travail là, modeste et ressourçant, est tout sauf cérébral. Ces moments de rencontre avec mon environnement, sont des expériences de liberté et de plaisir, la façon la plus sensuelle d'être en communion avec la nature ».





mercredi 20 juin 2018

Prochaine exposition : Catherine Guiraud peintures, Olivier Lévêque sculptures



Catherine Guiraud, peintures
pratique une « peinture abstraite entre impulsion et sobriété. Elle est rapide et gestuelle puis réorganisée par retraits et superpositions et soucieuse d’une certaine qualité de texture ». 
Elle utilise peu de couleurs. 
Elle peint à l’intérieur dessine en extérieur. Elle dit ce travail modeste et ressourçant qui  n’a rien de cérébral. Un moment de plaisir et de liberté.
Catherine Guiraud  http://www.catherineguiraud.fr/

http://www.catherineguiraud.fr/


Olivier Lévêque, sculptures 
« Sculpteur autodidacte qui, au travers d'un amalgame de matières choisies pour leurs qualités plastiques, cherche à mettre en évidence une vision interne, cette autre fréquence.         

Volontiers abstrait (ce qui n'exclut ni la fantaisie, ni la poésie), l'objet  portant
toute sa charge émotionnelle s'ouvre à d'autres espaces, autres lieux. 
Mon travail préliminaire, souvent, consiste à trouver la bonne pierre, celle qui donne la direction et me permet ensuite d’appréhender les techniques de l’assemblage en résine, inox ou matériaux fragiles comme la toile cirée. ».  Olivier Lévêque

        

samedi 26 mai 2018

Petit aperçu

Pour précision : 

ouvert samedi et dimanche de 15h à 19h


"Avec le travail du métal, j'ai toujours à l'esprit d'être profondément relié aux 4 éléments :
la Terre, le Feu, l'Air et l'Eau.Ainsi, j'explore par  microscopie et  télescopie les métamorphoses de mon univers des molécules en mouvements."

Jos Graignic

http://www.josgraignic.com



Mon travail débute très souvent d’une observation de mon environnement quotidien ou celui qui m’est proposé de «résidences d’artistes ». Commence alors une période d’étude du sujet par le dessin et l’aquarelle . ....Puis le travail d’atelier s’impose .
La peinture à l’huile me convient particulièrement car la lenteur de son séchage me permet de retravailler la matière.
En atelier, je développe ma recherche plastique, mon langage, laissant apparaître tantôt des matières, tantôt des transparences, des matités ou des brillances, le tout orchestré par le dessin..
Il me faut donc un dessin et un dessein pour espérer ma peinture .

Rodolphe  Le Corre
http://rodolphelecorre.fr



mercredi 23 mai 2018

La presse

Rodolphe Le Corre sera présent à la galerie le samedi 2 juin et
Jos Graignic le dimanche 10 juin



Yves Ducret ouest-france
Marie-Hélène Quideau télégramme 21/05/18

lundi 21 mai 2018

Peintures Rodolphe Le Corre / sculptures Jos Graignic





vendredi 27 avril 2018

Petit aperçu de l'exposition Caty Banneville






Arts Raden. Caty Banneville, « l'esprit de l'eau »

Lorsqu'on entre dans la galerie où expose Caty Banneville jusqu'au 20 mai, on arrive dans la salle intitulée « l'eau ». A l'élément « eau », à la matière « textile » on ajoute des pigments naturels rapportés du Maroc ou d'ailleurs et on obtient les trois clés qu'utilise l'artiste pour produire des œuvres essentiellement inspirées de la nature, de la lumière avec le souci de laisser au « lecteur » une impression d'ouverture, de liberté. Née dans le parc des marais du Cotentin, d'une mère mercière et d'une grand-mère couturière, on comprend mieux pourquoi l'eau et la matière textile ont laissé en elle une telle empreinte.
Son séjour aux Marquises : un moment charnière dans sa vie
Pour Caty Banneville, la peinture ce n'est pas un passe-temps c'est une thérapie. Après ses études aux Beaux-Arts de Rouen, elle a fait partie du mouvement textile contemporain, elle produit des sculptures textiles. « Je ramassais les ficelles de lieuse, je les teignais de pigments naturels, j'avais besoin de ce rapport physique avec la matière, c'était une période très douloureuse de ma vie » déclare-t-elle. Et puis elle suit son mari, professeur de lettres, aux Iles Marquises où ils vivent pendant quelques années. Ce fut une rupture avec sa vie d'avant, à son retour, elle détruit toute ses anciennes réalisations, la vue de ces sculptures la reliait trop à ses souffrances passées. L'heure était venue de tourner la page, de passer à autre chose, le retour à la peinture a été pour Caty comme une évidence. Dans ses toiles qui se situent entre la peinture et l'estampe, peu de réprésentations humaines, pourquoi ? « Je suis comme une éponge, la souffrance humaine me ramène trop à la mienne, j'ai réussi à l'évacuer ». « Dorénavant, je veux donner une respiration au monde, une respiration faite de vibrations et d'ondes positives ». Ses émotions au contact de la nature, l'artiste les retranscrit en réalisant des toiles peintes sur lin ou tarlatane, avec une technique qu'elle a elle-même mise au point. « J'ai tout un tas d'empreintes et de cadres sérigaphiques dans lesquels je choisis les éléments que je veux imprimer : arbres, racines,fleurs … que j'utilise au gré des saisons, je les ajoute, les superpose, pour traduire un ressenti ». Elle se compare à une lavandière : « L'eau est l'élément clé pour obtenir la nuance recherchée, je lave, rince, rajoute de la couleur, c'est un travail extrêmement long et délicat, souvent je travaille mes toiles dans la même unité de couleur, si la toile est trop encombrée de couleurs elle va saturer et la saturation tue la vie en général … et la peinture.... »
M-H Quideau le télégramme 5/05/2018

les fleurs






salle intitulée "l'eau"

samedi 17 mars 2018

la galerie redémarre en avril avec Caty BANNEVILLE


Caty Banneville vit actuellement en Suisse normande. Après l’Ecole des Beaux-Arts de Caen, elle débute sa carrière d’artiste par des recherches sur le textile contemporain. 

Elle a mis au point une technique toute personnelle avec des pigments naturels et encres qu'elle projette sur toile de lin, et tarlatane. Son travail, inspiré par la nature, se situe entre la peinture et l’estampe. «c'est un travail d'observation lente». Depuis 2012, elle enrichit ses recherches  par des installations textiles en trois dimensions.


Elle exposera des peintures et des installations 






le site de :  CATY BANNEVILLE